Pourquoi se faire opérer ?

Côté Patient

Se passer de lunettes ou de lentilles, cela a déjà été le choix de plus de 20 millions de patients dans le monde. Quel que soit le type de trouble visuel, les myopes, hypermétropes, astigmates et presbytes peuvent avoir désormais leur vie changée.

La chirurgie réfractive est aujourd’hui une discipline ophtalmologique à part entière bien codifiée qui a bénéficié de l’essor récent des nouvelles technologies des lasers excimer et femtoseconde. Les bilans opératoires sont aussi très précis et les outils technologiques de pointe sont adaptés et spécifiques.

Aujourd’hui les résultats post opératoires sont excellents et la prédictibilité est constante. Les nouvelles techniques font l’objet de reconnaissance et de validation par toutes les sociétés savantes.

La chirurgie réfractive est une chirurgie fonctionnelle qui permet de récupérer une autonomie de vision indépendante d’une correction optique dans les activités de la vie quotidienne. Les motivations opératoires sont nombreuses et différentes pour chacun des patients.

Le but est toujours le même, celui d’une liberté dans la vision, au service d’une activité sportive, d’une activité professionnelle, de tâches quotidiennes, ou simplement pour une meilleure confiance en soi et la possibilité d’une vie plus libre.

On a l’habitude de dire que l’opération peut alors changer le cours de sa vie.

Au cours du bilan pré-opératoire, le chirurgien va cerner avec vous vos attentes et besoins et va vous proposer la meilleure solution thérapeutique possible en intégrant l’ensemble des résultats des examens pratiqués.

Pour être opérable, il faut être majeur, avoir une correction  optique stabilisée et ne pas présenter de contre-indications ophtalmologiques (kératocône, cornée trop fine, maladie intercurrentes comme la cataracte, le glaucome avéré,…) ou générales (en particulier maladies inflammatoires générales pouvant toucher la cornée, telle la polyarthrite rhumatoïde), et avoir une correction accessible au laser.

Les femmes enceintes ou en cours d’allaitement ne sont pas éligibles à un traitement sur cette période.