Bilan pré-opératoire

Côté Patient

Buts

Un bilan opératoire est indispensable pour confirmer que votre trouble est opérable,

- en vérifiant l'absence de toutes contre-indications générales ou ophtalmologiques
- en effectuant des mesures très précises de votre correction
- en analysant conjointement avec vous quel sera le type de solution chirurgicale la plus adaptée en adéquation avec vos troubles réfractifs et avec votre attente.

Examen clinique

Votre chirurgien ophtalmologiste et son équipe d’orthoptistes vont effectuer un bilan clinique et paraclinique le plus exhaustif possible qui permettra de vous proposer à l’issue, la solution la plus adaptée à votre situation et à votre demande.

Une mesure très précise de nombreux paramètres est nécessaire. La détermination de la correction pourra souvent nécessiter différentes vérifications notamment après dilatation momentanée de la pupille par collyres cycloplégiques.

Les porteurs de lentilles devront cesser le port de lentilles pendant la semaine précédent le bilan afin que l’analyse de leur œil se fasse dans les meilleures conditions.

La mesure de l’épaisseur cornéenne ou pachymétrie est un temps essentiel de l’examen. En effet une cornée trop fine pourra contre indiquer une chirurgie de type femtolasik et orienter vers un traitement différent alternatif. La mesure pachymétrique peut être ultrasonore ou optique avec des appareils différents.

De nombreux examens indolores et technologiquement sophistiqués vont compléter l’analyse de l’examen clinique réalisé à la lampe à fente.

Enfin, une délivrance de l’information nécessaire à la prise de décision par le patient et notamment sur les risques complètera ce bilan.

Sur le plan administratif deux documents vous seront remis en fin de consultation :

  • un devis d’intervention que vous pourrez adresser à votre mutuelle,
  • une déclaration de consentement éclairé qui devra être signé avant l’intervention.

Topographie cornéenne

La topographie cornéenne est un élément clé du bilan opératoire. Cet examen est indispensable pour appréhender l’anatomie précise et la forme exacte de votre cornée qui va recevoir le traitement laser. Des représentions sous forme de cartes en couleur vous permettront de comprendre facilement les interprétations données par votre chirurgien.

Topographie cornéenne spéculaire :
Pour résumer le principe d’examen, l'analyse est basée sur la projection d'anneaux lumineux concentriques sur la cornée qui permettent de mesurer les rayons de courbure de la cornée.
Le but de l’examen est de connaître les puissances exactes des rayons de courbure, de vérifier leur régularité ou symétrie et d’éliminer la possibilité d'une pathologie sous jacente infraclinique de type kératocône.

Topographie cornéenne d’élévation : Pentacam*
Basé sur le principe de caméra de Scheimpflug avec balayage par fente lumineuse rotative, ce topographe analyse les faces antérieures et postérieures de la cornée, les rayons de courbures, les coordonnées tridimensionnelles de chaque point et permet de connaître la pachymétrie cornéenne sans contact. Les représentations cartographiques précises et l’analyse précise de l’évaluation de nombreux indices sont là aussi un complément diagnostic majeur dans le dépistage des anomalies cornéennes préopératoires.
En effet certaines maladies, totalement asymptomatique dans leur phase débutante comme le kératocône par exemple, représentent une contre-indication aux chirurgies par LASIK. À terme, la cornée présenterait dans ces cas un risque de modification asymétrique dans sa forme avec apparition d’une ectasie et modification de la réfraction préjudiciable pour la vision.
Enfin, ce type d’appareil permet aussi une analyse de type « scanner » du segment antérieur de l’œil avec visualisation des structures anatomiques, cornée, angle iridocornéen, iris, cristallin donnant des renseignements complémentaires indispensables dans les chirurgies alternatives au traitement cornéen type femtolasik.

Autres examens

- L’aberrométrie :

Dans certains cas, un œil peut présenter trop d’aberrations optiques dites de hauts degrés et qui peuvent alors faire l’objet d’un traitement spécifique. À l’état normal, tout œil présente des anomalies de types aberrations de haut degré car elles confèrent à l’œil humain ses caractéristiques optiques propres, notamment une profondeur de champ spécifique. Cependant si le degré d’aberrations lors de mesures à l’aberromètre est pathologique, une réduction de ces dernières peut être proposée concomitamment au traitement. Cette situation n’est cependant pas fréquente.

- L’analyse de la diffraction cristallinienne : OQAS2

Un examen complémentaire peut être proposé dans certains cas pour aider à confirmer la présence ou l’absence de troubles cristalliniens associés. L’Optical Quality Analyzing System permet d’appréhender à la fois les aberrations sphériques de haut degré et d’analyser la transparence des milieux oculaires.

- La biométrie optique : IOL MASTER 500

L’exhaustivité du bilan comporte avec cet examen une mesure non contact de la longueur axiale, de la profondeur de chambre antérieure de l’œil et de la kératométrie permettant ainsi et si besoin un calcul précis de la puissance cristallinienne substitutive exacte qui pourrait être nécessaire si une chirurgie alternative non cornéenne était proposée.

- L’analyse par Optical Coherence Tomography :

L’OCT spectral domain est un examen ultra précis qui donne des informations capitales sur l’état anatomique du nerf optique et de la rétine et qu’il est nécessaire de vérifier ou de quantifier dans certaines indications de chirurgie réfractive pour s’assurer de l’absence de toute pathologie préalable préjudiciable à un résultat fonctionnel post chirurgical optimal.