Anatomie fonctionnelle oculaire

Côté Technique

L’œil humain est très souvent comparé à un appareil photographique.
En effet, le segment antérieur de l’oeil correspond globalement à l’objectif d’un appareil photo. La cornée et le cristallin sont les parties de « l’objectif » qui vont focaliser les images sur la rétine. Cette dernière qui est située dans le segment postérieur de l’œil est la zone de réception de l’image telle une pellicule argentique ou un capteur CCD numérique. Les cellules rétiniennes vont transmettre, via le nerf optique, l’information visuelle vers les aires occipitales du cerveau qui vont analyser les images.
L’œil, comme un appareil photo, possède un diaphragme, l’iris, dont l’ouverture détermine la taille de la pupille qui va varier selon la luminosité et la distance de lecture.

1. La cornée

La cornée est le plus puissant objectif de l’œil (42 dioptries environ). Il est donc séduisant de faire varier cette puissance pour traiter une anomalie réfractive.
L’épaisseur moyenne de la cornée est de 530µm. Des cornées plus épaisses (600µ ou plus) ou plus fines sont fréquentes. Une cornée d’épaisseur inférieure à 500µm contre indique aujourd’hui la réalisation d’un lasik et une cornée inférieure à 480µm reste une limite à une thérapeutique cornéenne.
La cornée est composée de fibres de collagènes dont l’organisation spécifique permet une transparence parfaite. Elle comporte cinq couches : l’épithélium, la membrane de Bowman, le stroma, la membrane de Descemet et l’endothélium.
Sa forme est physiologiquement asphérique prolate.
Les traitements lasers réfractifs vont modifier la forme et la puissance de cette cornée.
La technique du laser Excimer PKR délivre le laser après avoir ablaté l’épithélium superficiel ce qui explique la gène post opératoire le temps de la cicatrisation épithéliale.
La technique du lasik tout laser permet la délivrance du laser directement sur la couche du stroma sous un capot protecteur sans lésion épithéliale.

Les nouveaux profils d’ablation de lasers permettent de conserver au mieux la prolaticité physiologique de la cornée.

2. Le cristallin

Le cristallin est le deuxième objectif de l’œil (21 dioptries environ). Son épaisseur est environ de 5 mm, et son diamètre autour de 10 mm.
Chez le sujet jeune, le cristallin accommode, c'est-à-dire qu’il permet de faire varier, en temps réel, la puissance de l’œil pour voir net, de loin comme de près. Cette propriété s’estompe avec le temps car le cristallin se rigidifie. On parle alors de presbytie, ce qui correspond à la diminution puis à la perte du pouvoir d’accommodation.

Enfin, avec l’age le plus souvent, mais aussi parfois après un traumatisme ou la prise de certains médicaments, ou sous l’effet de substances toxiques, le cristallin perd sa transparence, s’opacifie et on parle alors de cataracte. La vision devient floue, trouble, les contrastes sont mal perçus. Une chirurgie du cristallin est alors proposée avec remplacement par une lentille intraoculaire en acrylique.